Apprentissage au club

Le Taolu

La pratique du Taolu est l'un des axes majeurs de l'apprentissage du Wushu.

Le Tao-Lu c'est littéralement la "voie des séries" ou "la voie de maitrise", c'est à dire le chemin menant à la maitrise de l'art martial passant par des enchainements techniques. 

Le mot taolu est composé de deux mots :
Tao : représente un principe philosophique, plus précisément la force fondamentale qui « coule » en toutes chose dans l’univers, vivantes ou inertes. Ce terme signifie également un enchaînement de mouvements.
Lu : désigne les exercices permettant d’atteindre la maîtrise.

Il existe de nombreux styles dans les arts martiaux chinois que l'on peut synthétiser par des grands ensembles selon le Wushu moderne : le Nord (Chang Quan) et le Sud (Nan Quan). Mais il existe aussi d'autres styles, comme ceux du centre de la Chine et notemment Shaolin (Shaolin Quan) et tous les autres styles traditionnels auxquels se réfèrent en partie les deux grands ensembles évoqués plus haut.

Par ailleurs, il existe des Taolu à mains nues et aussi avec des armes (voir deuxième encadré).

Le Taolu amène le pratiquant à livrer un combat face à lui-même. La répétition permet à ce dernier de comprendre au fur et à mesure la forme qu'il travaille et, au-delà, à se comprendre lui-même, physiquement et mentalement. Les postures, l'intention, l'énergie, le souffle, le ryhtme, la concentration, l'équilibre... Autant d'aptitude qui sont mises à l'épreuve lors du travail des formes...

Au club DRAGON DE TAVERNY nous étudions des taolus de différents styles dès la première année selon un programme pédagogique précis, niveau par niveau. Nos élèves abordent aussi bien les styles du nord, du sud et de Shaolin. Des stages viendront ajouter parfois d'autres formes.

Les Armes

 

Le travail des armes n'est accessible au club qu'à partir de niveaux évolutifs voire avancés. Les débutants n'auront pas encore accès à ces techniques. Il faudra patienter deux ou trois ans au minimum afin de commencer à manipuler une arme d'entrainement.

Les armes dans les arts martiaux chinois sont très nombreuses. Au club, nous n'en travaillons qu'une partie, et quand bien même, il sera rare pour un pratiquant d'en maitriser la totalité. 

Voici le armes que nous enseignons au club :

Le Sabre du Nord (Dao Shu), le Sabre du Sud (Nan Dao), le Bâton du Nord (Gun Shu), le Bâton du Sud (Nan Gun), l'Épée (Jian Shu), et l'Éventail (Fan Shu), etc.

Il est impossible sur une année de pratiquer l'ensemble de ces armes, c'est pourquoi, d'une année à l'autre, les armes abordées pourrons changer.

Le travail des armes se fait par le biais de Taolus. Les applications avec armes ne sont pas réellement travaillées pour des raisons de sécurité ; en revanche, l'exercice du Duilian (combat chorégraphié) est un bon moyen de démontrer des applications aussi bien arme contre arme que mains nues contre arme. 

Les formes de compétitions appelées Duan Bing et Chang Bing (voir avant-dernier encadré) peuvent permettre également de mettre en application la pratique des armes de manière sécurisée...

Les Applications

 

Le travail des applications martiales est essentiel et complémentaire du travail des formes (Taolu).

Il y a deux façons majeures d'aborder les applications :

 

- Le "Gong-Fang Jishu" : c'est le travail des applications extraites des taolu. En effet, les formes permettent d'aborder une séries d'enchainements qui donnent sens à un "combat contre des adversaires invisibles". Chaque groupement de mouvement ou chaque petit enchainement a une définition martiale réelle. Celle-ci peut donner naissance à des applications variées. Le travail des Gong-Fang est au départ très studieux et protocolaire ; il se fait généralement en binôme, l'un attaque, l'autre défend et contre-attaque.

Les applications sont généralement une interprétation de la forme par celui qui défend et selon la nature de l'attaque.

Au club, nous travaillons régulièrement les Gong-Fang afin de donner un sens martial clair à la pratique et commencer à mieux comprendre la forme étudiée. Cela fait partie du travail technique dont la répétition aboutira à la compréhension du Tao, à la maitrise de la ou des boxes étudiée(s).

- Le "Qin-Na Shu" : c'est la self-défense chinoise. "Qin-Na" veut dire "saisir" et "contrôler".

Cette pratique est utilisée par la police chinoise et reprise par de nombreuses forces de l'ordre à travers le monde. Ces techniques ont inspiré de nombreux systèmes de self-défense plus récents.

Le principe de cette pratique est de permettre de se dégager sans force et de contrôler l'attaquant debout ou au sol ; face à une agression, la pratique du Qin Na permet de contrôler la situation sans avoir recours nécessairement aux frappes. Les méthodes sont anciennes et proviennent à la fois des applications martiales traditionnelles (Gong-Fang), d'autres formes de combat (comme la lutte chinoise) et aussi des techniques issues de la connaissance du corps (médecine chinoise) dans un but d'efficacité.

Au club, la pratique du Qin-Na se fera souvent naturellement par les pratiquants de niveau avancé, en tentant de perfectionner la pratique des Gong-Fang, et quelques cours dans l'année peuvent aborder spécifiquement certaines de ces techniques.

Le Combat de compétition

 

Le combat en Wushu prend trois formes, le Duilian (combat arrangé / chorégraphié), la self-défense (encadré du dessus), et le combat sportif !

Au club, nous travaillons de temps en temps ces formes de combat dont l'objectif est la compétition. Un travail plus approfondi est engagé avec l'équipe de compétiteurs.

Il existe de nombreuses formes de combat sportif, plus ou moins anciennes, toutes issues des premières techniques martiales pratiquées par l'armée impériale chinoise et même avant, lorsque les provinces de Chine se livraient encore bataille (plusieurs siècles avant JC).

En effet, les premières techniques de lutte (Jiaoli) ainsi que les premières techniques d'escrime développées par les militaires ont nourrit la pratique des arts martiaux chinois par les familles, puis Shaolin, et on connait plus ou moins la suite...

Mais depuis l'avènnement des sports de combat modernes, certaines de ces anciennes techniques sont revenues au goût du jour, dans un esprit traditionnel pour certaines et modernisées pour d'autres.

Parmis ces formes de combat, on peut citer, dans un ordre du plus ancien au plus moderne, le Shuaï Jiao (lutte chinoise), le Shoubo (combat pieds-poings-lutte), le Sanshou (boxe pieds-poings-projections), le Sanda (idem), le Qingda (idem), le Duan Bing (escrime chinoise, armes courtes) et le Chang Bing (armes longues)...

Au club DRAGON DE TAVERNY, nous pratiquerons surtout le Sanshou, le Qingda et le Duan Bing. Les autres formes de combat sportif seront plutôt vues lors de stages ou cours à thématique particulière.

Bien sur, personne n'est obligé de s'engager en compétition, mais tout élève souhaitant s'engager dans celles-ci, recevra des entrainements spécifiques, le moment voulu, par vos professeurs.

Les Stages

Tous les ans, des stages sont proposés au club. Ce derniers puvent être mis en place et animés par vos professeurs, ou nous faisons venir un expert d'un discipline particulière.

Nous proposons régulièrement des stages à l'extérieur, proposés par d'autres clubs amis.

Certaines années, un stage de Pentecôte est organisé par le club afin de vivre un week-end convivial et martial, souvent autour de l'apprentissage d'un Taolu particulier.

Les disciplines faisant l'objet de stage à DRAGON DE TAVERNY sont généralement : Shaolin, Wing Chun, Jeet Kune Do, Tang Lang, Shuaï Jiao, Shoubo, Sanda, Nunchaku, Taï-Ji Quan, Qi Gong, etc.

Copyright ©2015 Dragon de Taverny _ by JS VALLE - StudioKoala 

KUNG FU - WUSHU - TAIJI - QIGONG - QINGDA - SANDA - DUAN BING - SHAOLIN QUAN - CHANG QUAN - NAN QUAN - QIN-NA